Eva Turpin – 06.28.04.50.01
BIENVENUE - WILLKOMMEN

Concession automobile Mini

Mini est une marque automobile du groupe allemand BMW depuis 1994 (suite au rachat de Rover, revendu depuis), et en même temps un modèle d’automobile. Sous la nouvelle direction, la marque a d’abord commercialisé quelques années la Mini originale, avant de lancer en 2001 un nouveau modèle. BMW a alors choisi de l’écrire en capitales, MINI, pour différencier la série de véhicules produite depuis 2001 de la Mini originale. La deuxième génération conçue par BMW a été lancée fin 2006. Les MINI sont actuellement déclinées en quatre carrosseries : berline, décapotable et Clubman (break) et Countryman (4×4).

Première MINI par BMW

Lancée en 2001, le nouveau modèle MINI (souvent dénommé Mini 2) est conçu par BMW.

Elle est fabriquée à Oxford en Grande-Bretagne 1.

Le style retenu est astucieusement évocateur du profil de l’originale bien que les nouvelles dimensions aient été fortement accrues : plus 60 cm en longueur, plus 27 cm en largeur. La puissance des moteurs s’est fortement accrue, mais le poids a lui aussi suivi la même pente et dépasse nettement la tonne (soit près du double de la version originelle).

Elle est disponible en quatre versions : MINI One, MINI One D (Diesel), MINI Cooper et MINI Cooper S (disposant d’un compresseur) un kit moteur John Cooper Works homologué était également disponible après achat qui portait la MINI Cooper S à 200 ch puis 210 ch à partir de 2005

Un modèle décapotable, « le Cabrio », est apparu en 2004. En juin de la même année, quelques retouches ont été effectuées dont la plupart sont invisibles. Les plus notables sont les suivantes :

  • intérieur :
  1. tableau de bord en 5 parties restylé en 3 parties,
  2. restylage léger de la climatisation et du poste radio,
  3. poste radio boost avec lecture des CD MP3,
  4. ajout d’un pare-soleil conducteur latéral pour le toit ouvrant,
  5. boudins de portes plus ergonomiques,
  6. suppression de l’horloge au plafond,
  7. changement esthétique de la clef de contact intégrant l’ouverture du coffre,
  8. système GPS d’origine à DVD au lieu de CD,
  • extérieur :
  1. retouche des pare-chocs avant et arrière,
  2. modification des blocs optiques,
  3. retouche de la calandre avant.

En octobre 2005, trois packs très fournis ont été disponibles : MINI Seven (MINI One et Cooper), MINI Park Lane (MINI Cooper et Cooper S) et MINI Checkmate (MINI Cooper S, et Cooper sauf France).

Seconde MINI par BMW

Une nouvelle version Mini (dite Mini 3) a été lancée fin 2006 par BMW afin de moderniser notamment la partie moteur de sa citadine. Les premières versions disponibles furent la Mini Cooper S (175 ch) et la Mini Cooper (120 ch). Suivent, début 2007, les Mini One (95 ch) et Mini Cooper D (110 ch).

Seuls les connaisseurs peuvent remarquer les différences extérieures entre une Mini 2 et une Mini 3. Pourtant, le constructeur n’a pas fait dans la réutilisabilité, seuls le toit et le pare-brise seraient identiques à ceux de la Mini 2[réf. nécessaire]. La prise d’air sur le capot de la Cooper S est maintenue (elle est apparue sur les Mini 2 Cooper S) mais c’est devenu un appendice esthétique qui ne fait que dégrader l’aérodynamisme, cette prise d’air est maintenant obstruée.

Cette petite voiture, plutôt gourmande en carburant dans sa version Mini 2, devient plus sobre (environ 20 % de baisse [réf. nécessaire] de consommation pour les Cooper et Cooper S). Cette baisse est permise par l’évolution des moteurs et l’allègement des masses non suspendues (très importantes pour la tenue de route), notamment grâce à l’utilisation partielle de pièces en aluminium.

Troisième MINI Cooper S R56

La version sportive (Cooper S) repose maintenant sur un turbocompresseur (à la place du compresseur de la Mini 2 Cooper S) avec une fonction d’overboost, le couple passe rapidement de 240 Nm à 260 Nm en appuyant brutalement à fond sur l’accélérateur et permet de meilleures accélérations (par surpression du turbocompresseur). Le moteur est dimensionné pour cette brutalité, par exemple, les soupapes sont remplies de sodium (technique fréquente dans les moteurs turbocompressés). Il est possible de sélectionner, en option, un différentiel à glissement limité (taré à 25 %, piloté par le couple, l’écart de couple entre les deux demi arbres avants ne peut pas dépasser 75 %), il peut résoudre certains problèmes de motricité notamment en sortie de virage, mais attention au coup de volant nécessaire pour rattraper son effet ! Cette version peut être conçue avec un châssis sport (raffermissement des suspensions) et dispose d’une option (déconnectable) pour rendre la direction plus ferme et l’accélérateur plus sensible. La Cooper S procure de vraies sensations de conduite sportive, en particulier, elle dispose de très bonnes aptitudes à passer les virages (l’« effet kart » de la Mini 2 est bien conservé). La boîte de vitesses (réalisée par Getrag) est très bien étagée, les performances en accélération sont bonnes tout en préservant un 6e rapport suffisamment long pour conserver un régime moteur supportable pour les longs trajets sur autoroute (à 130 km/h). Les reprises sont meilleures qu’avec la Mini 2 Cooper S, le turbo et l’injection directe haute pression font leur effet. Toutefois, certains reprochent à ce moteur turbo de « ne plus rien avoir » après 5 500 tr/min[réf. souhaitée]. Seuls les freins restent un cran en dessous (point faible récurrent chez BMW). Ils manquent d’endurance en conduite très musclée.

John Cooper Works R56

En aout 2008, la version John Cooper Works (le préparateur « maison ») augmente la puissance moteur, pour atteindre 211 ch à 6 000 tr/min et un régime maximum à 6 500 tr/min (ce qui gomme – au moins en partie – le principal reproche de la Cooper S).

Cette version améliore son freinage avec des étriers fixes à l’avant dotés de quatre pistons et de disques ventilés 316×22 mm (Disques pleins 280×10 mm à l’arrière). Ce kit freins renforcés John Cooper Works est disponible pour le reste de la gamme en accessoires.

Coté amortissement (quasi identique à la Cooper S), on a le choix entre la suspension d’origine ou la suspension sport optionnelle. Pour avoir accès à la suspension John Cooper Works (qui abaisse l’auto de 10 mm environ) qui est composée de nouveaux amortisseurs, ressorts, barres stabilisatrices aux diamètres augmentés à l’avant comme à l’arrière ; il faut puiser dans le catalogue d’accessoires et faire monter cette dernière en seconde monte.